Forum de discussions en tout genre (débats, jeux, humour, astuces,actualités...).
Amitié, partage, entraide, convivialité en sont les mots clés. Rejoignez-nous !

 
Derniers sujets
» Citation du jour
Aujourd'hui à 1:41 par Cath

» Gironde: Un tremblement de terre de magnitude 4,9 ressenti à la frontière avec la Charente-Maritime
Aujourd'hui à 1:13 par Jean-Pierre

» Humour en texte de Laurel
Hier à 20:51 par *Annette*

» Un juge interdit l'installation de compteur Linky chez les électro-hypersensibles
Hier à 19:52 par Cath

» Le pape est "un traître, un Judas" : la colère de La Parole libérée après le refus par François de la démission du cardinal Barbarin
Hier à 12:36 par Cath

» Citation du jour
Hier à 0:25 par Cath

» Selon une étude allemande, l'euro aurait particulièrement nui aux Français
Mar 19 Mar - 16:08 par marie30

» Citation du jour
Mar 19 Mar - 3:37 par Cath

» Mahjoubi confirme une attaque internet de grande ampleur
Mar 19 Mar - 1:03 par Jean-Pierre

» Journée de grève nationale: à quoi faut-il s’attendre ce mardi?
Lun 18 Mar - 23:23 par *Annette*

» Recul de l'âge de la retraite: pour les syndicats, les propos de Buzyn sont une «provocation»
Lun 18 Mar - 19:26 par marie30

» Ce week-end, Macron s’offre une «pause» au ski à La Mongie
Lun 18 Mar - 17:52 par marie30

» Les réactions aux violences sur les Champs-Elysées
Lun 18 Mar - 14:38 par Serpico

» "Dire à nos gouvernements de faire leurs devoirs" : la jeunesse mondiale dans la rue pour le climat
Lun 18 Mar - 14:36 par Coccinelle

» Au moins un mort dans une fusillade à Utrecht, le tireur en fuite
Lun 18 Mar - 13:45 par Cath

» Le Havre : une ex-colistière d'Édouard Philippe devant la justice pour avoir diffusé des photos intimes de l'actuel maire
Lun 18 Mar - 11:43 par marie30

» Citation du jour
Lun 18 Mar - 0:14 par Cath

» Humour en image par Laurel
Dim 17 Mar - 20:35 par Laurel

» Explication sur vos rangs
Dim 17 Mar - 18:19 par *Annette*

» Images rigolotes
Dim 17 Mar - 18:07 par *Annette*

» Terreur sur le parc Saint-Pierre à Amiens
Dim 17 Mar - 17:30 par *Annette*

» Le règlement
Dim 17 Mar - 16:18 par *Annette*

» Citation du jour
Dim 17 Mar - 1:15 par Cath

» Le carnage de Christchurch stoppé grâce à deux policiers d'une bourgade voisine
Sam 16 Mar - 10:07 par Cath

» Citation du jour
Sam 16 Mar - 10:01 par Cath

» "Dire à nos gouvernements de faire leurs devoirs" : la jeunesse mondiale dans la rue pour le climat
Ven 15 Mar - 21:56 par Cath

» Citation du jour
Ven 15 Mar - 8:56 par Cath

Les posteurs les plus actifs de la semaine
*Annette*
 
Jean-Pierre
 
Cath
 
marie30
 
Serpico
 
Coccinelle
 
gribouille1963
 
Laurel
 
Hanouche
 
sisimalo
 
ALERTE INFO
Gironde: Un tremblement de terre de magnitude 4,9 ressenti à la frontière avec la Charente-Maritime
INFOS FLASH

VOTRE PROGRAMME TV
Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs

Partagez | 
 

 «L’empapaouté» selon Macron suspendu aux promesses d’un boulot à plein-temps

Aller en bas 
AuteurMessage
Cath
Cath


Féminin Messages : 2959
Réputation : 6
Date d'inscription : 13/09/2018
Age : 54
Localisation : Hauts de France

MessageSujet: «L’empapaouté» selon Macron suspendu aux promesses d’un boulot à plein-temps   Lun 12 Nov - 20:13

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La scène a été filmée vendredi 9 novembre à Péronne. Maurice Michel, un Péronnais de 58 ans s’est plaint de gagner trop peu avec son travail à mi-temps. Le président de la République a promis de l’aider.

Les faits

Tout au long de son itinérance mémorielle la semaine dernière, le président de la République est allé
au contact des Français, avec plus ou moins de bonheur.

Arrow À Albert, les quelques dizaines de « gilets jaunes » ont été tenues à l’écart de la visite présidentielle, et sans ménagement par les services de l’ordre.

Arrow À Péronne, un quinquagénaire dans la précarité a pu échanger sur sa situation avec Emmanuel Macron. Le premier attend désormais la suite du second.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

À Péronne, on parle déjà de lui comme de « l’empapaouté », avec la vidéo qui tourne en boucle sur les réseaux sociaux… Mais pourquoi ce qualificatif ? Parce que lors de son échange filmé par une caméra de BFM TV, vendredi soir sur la place de Péronne parmi des centaines de spectateurs, le président de la République lui a rétorqué dans un langage peu châtié et donc populaire, «  mais vous vous êtes fait empapaouter  ».

Devant micro et caméra, Maurice Michel venait d’interpeller Emmanuel Macron pour lui dire qu’il ne trouverait pas un boulot en traversant la route (en référence à une scène avec un jeune à Paris voici plusieurs semaines) et surtout qu’il gagnait trop peu avec son travail à mi-temps, sans même être accessible à la prime d’activité. Le président lui a promis de faire le nécessaire pour que le Péronnais obtienne un CDI.

Arrow 669 euros net. « Ce n’est pas assez pour vivre… »
«  Le président s’est retourné vers le sous-préfet pour lui demander de vérifier cette histoire de prime d’activité. Un peu après l’échange, un conseiller de l’Élysée m’a pris à part pour me demander mon identité et l’adresse de mon employeur  », raconte Maurice Michel.

Le travailleur pauvre de 58 ans nous reçoit dimanche 11 novembre chez lui, rue Georges-Clémenceau, avant de rejoindre le stade de football de Péronne où il supporte l’équipe locale première de son championnat.

L’employé a sa dernière fiche de paie d’octobre sur la table de la cuisine : 669 euros net. «  Ce n’est pas assez pour vivre…  », soupire-t-il.

Et l’augmentation récente de 20 euros qu’il a constatée, sert tout juste à lui payer son tabac acheté en Belgique. Employé à mi-temps par l’ADSEA (l’Association départementale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence) de la Somme pour l’institut médico-éducatif de Péronne, il travaille à mi-temps à raison de 21,50 heures hebdomadaires. Tous les jours de la semaine, il se lève à 6 heures pour conduire son minibus et transporter des jeunes, à raison de 2 heures le matin et 2 heures chaque après-midi. Cela fait cinq ans, que Maurice Michel, ancien ouvrier du textile, – il a travaillé 25 ans à la Lainière de Picardie comme encolleur de tissu avant de subir un plan social et un licenciement économique en 2009 – a trouvé, après une période de chômage, ce job agréable mais insuffisamment rémunérateur pour lui.

«  J’ai eu plusieurs rendez-vous avec ma directrice depuis deux à trois ans parce que j’ai du mal à vivre. J’espère toujours un CDI de 35 heures mais mon employeur dit ne pas avoir plus de moyens financiers. Et je sais que je ne suis pas le seul dans ce cas  », reconnaît Maurice Michel. Qui a toujours travaillé dès ses 16 ans et mieux gagné sa vie par le passé, surtout avant l’avènement de l’euro. L’épouse de Maurice, Claudine, a des ennuis de santé et elle est reconnue par la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées). Elle pense d’ailleurs que c’est la raison pour laquelle son mari ne perçoit pas de prime d’activité. « Quand ma sœur m’a téléphoné pour me dire que Maurice passait à la télé, je me suis dit qu’il avait osé et je suis fière de lui  », avoue Claudine. «  J’attends une réponse lundi ou mardi de l’Élysée. Si je n’en ai pas, j’écrirai une lettre au président  », prévient le Péronnais. Ou quand une promesse présidentielle, filmée par la télé, ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Nicolas TOTET

Arrow Un échange spontané
« Au départ j’étais au château près de l’Historial, quand les gendarmes nous ont demandé de rejoindre la place de l’hôtel de ville. Je suis monté sur la fontaine parmi d’autres et je l’ai attendu », raconte Maurice Michel. Les circonstances ont fait le reste. « Le président a couru vite sur la foule avec ses gardes du corps et il m’a serré la main directement. Il a gardé ma main longtemps et l’occasion s’est ainsi présentée que je puisse lui dire ce que j’avais sur le cœur. Je suis resté poli et respectueux de l’homme et de sa fonction », raconte le Péronnais.

« Et je l’ai trouvé sincère dans son échange », poursuit le salarié précaire. « Maintenant, ce n’est pas Mimie Mathy et il n’a pas de baguette magique », pondère de son côté l’épouse Claudine. Quant au fils de la famille, Benjamin, 26 ans, il est aussi très fier de son papa. Quand on l’interroge sur le rendez-vous du 17 novembre des gilets jaunes, Maurice Michel pense y participer pour la défense du pouvoir d’achat et « sans faire d’histoire ».

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Article provenant d'ici
                                                           

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://bienvenue-chez-cath.forumactif.com
 
«L’empapaouté» selon Macron suspendu aux promesses d’un boulot à plein-temps
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La cuisine selon Juliette
» Selon un sondage, 3,5% des Français ne se douchent qu'une fois par semaine !!!!!
» Punition selon l'âge
» Taux de HCG selon le nombre de semaines de grossesse
» Quel rouge à lèvres ROUGE choisir selon son teint?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chez Cath :: ON SE CULTIVE CHEZ CATH :: Ca se passe autour de nous-
Sauter vers: